Accéder au contenu principal

Sélection

Pile à lire post-confinement #2 Ces livres féministes publiés à quelques jours du confinement

Chaque semaine, partager 5 livres que j'aimerais lire. Dans un futur non défini. Pour le moment j'ai le privilège d'avoir des livres sous la main. Oui, avoir des livres non lus sur ses étagères et sur celles de ses parents, c'est un immense privilège et bien le signe d'un certain patrimoine culturel. Je ne l'oublie pas. Alors ces livres que je mentionne, c'est plutôt pour l'après. Je vous invite au passage à lire l'article de Benoît Virot sur Mediapart , par lequel il apporte un regard critique sur la chaîne du livre et en particulier sur le positionnement de la presse littéraire depuis le début de la crise sanitaire. Son propos est intéressant, même si je ne suis pas entièrement d'accord avec ses arguments. De mon point de vue, il est important de continuer à faire exister les ouvrages dans l'espace public, de nouveauté et de fonds.  Aujourd'hui j'ai pensé à ces ouvrages publiés juste avant le confinement, à ces ouvrages dont le

Remèdes culturels au quotidien #4

Et il va bien nous en falloir, des remèdes, je crois. Je vais essayer de vous partager plus fréquemment mes sources d'occupation. 

1.  Au temps où les cinémas étaient encore ouverts, j'ai vu le magnifique film Deux, réalisé par Filipo Meneghetti. Une histoire de deux femmes, assez âgées, voisines de pallier, qui dans le secret entretiennent une relation amoureuse depuis plusieurs années. 

2. J'ai écouté cette semaine une fabuleuse série d'épisodes proposée par LSD - La Série documentaire (France Culture encore et toujours), intitulée « Livres cultes pour lecteurs rebelles ». Tristes tropiques, Peau noire, masques blancs, Le deuxième sexe, Moi, Christiane F, autant de succès de librairie, mais surtout, des livres qui furent sources d'émancipation culturelle et politique. 

3. J'ai lu quelques bouquins avant le confinement (je dois avouer que c'est beaucoup plus difficile depuis) : L'effet maternel (éd. Flammarion) de Virginie Linhart, un récit autobiographique où l'autrice raconte sa relation quelque peu malsaine avec une mère de la génération 68, mais aussi son propre cheminement en tant que femme, et en tant que mère, puis Être écoféministe (éd. L'échappée) un ouvrage qui explique les sources et échos des mouvements écoféministes avec un regard très critique. J'ai aussi attaqué La tyrannie de la réalité, un des premiers ouvrages de Mona Chollet, qui publié en 2004, s'avère toujours utile. 

4. J'ai découvert les résumés de livres dessinés d'Hélène Pouille, et je trouve ça très chouette de voir ce qu'elle retient des bouquins, ce qu'elle rend accessible à celles et ceux qui n'ont pas nécessairement le courage de lire des centaines de pages ou qui sont simplement en quête d'une porte d'accès à ces ouvrages. 



5. J'ai entamé par ailleurs la lecture de Bibliodiversité : manifeste pour édition indépendante de Susan Hawthorne, éditrice, écrivaine et militante féministe engagée auprès de l'Alliance internationale des éditeurs indépendants. Je pense être déjà convaincue de l'idée principale qui a motivé l'écriture de ce manifeste, mais je ne doute pas de la richesse des réflexions qui peuvent être développées sur le sujet. L'ouvrage est en libre accès par ici

Commentaires

Articles les plus consultés